Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

Echos de BOLDAVIE: brève histoire

Ce n'est pas l'un des rois de Boldavie

Ce n'est pas l'un des rois de Boldavie

 

Au début, il n’y avait qu’un mot, un nom, Boldavie et ce nom a provoqué la peur dans tout l’occident pendant des siècles.  Des cavaliers étranges poussés par des vents inconnus avaient envahi la plus grande part de la chrétienté.  Ils avaient rasé des châteaux, brûlé des villes; ils tuaient les hommes, emmenaient les femmes les plus jeunes.  Et puis, du jour au lendemain, ils disparurent et on ne les revit jamais (1), mais la peur était encore dans tous les esprits, et elle allait y rester longtemps, à tel point que quelques siècles plus tard, à la veille de la renaissance anglaise, on jouait avec beaucoup de succès une pièce du grand dramaturge Philips: Marletan, du nom du fameux chef de guerre Boldave.

Au treizième siècle, un roi Boldave Laibuik II décida de cesser toutes ces campagnes d’invasion et de fermer la Boldavie au monde extérieur, ce que la géographie du pays rendait aisé.  Le tunnel qui avait été creusé des siècles auparavant sous les Monts de la Sérénité fut colmaté et la Boldavie se renferma sur elle-même.

Le monde n’en entendit plus parler jusqu’au mois d’août 1724.  A cette époque le souverain était la jeune reine Bailiti qui selon la loi Boldave avait succédé à son père cinq ans plus tôt, étant l’aînée des enfants.  Son père l’avait donnée en mariage quelques mois avant de mourir au vieux prince Boltidok, mariage politique, le roi espèrent par cette union, mettre fin à la tension qui prévalait depuis longtemps entre la capitale et les espaces montagneux qui étaient sous la coupe de Boltidok.  Ce plan s’avéra un succès, en revanche la jeune princesse puis reine Bailiti ne trouvait pas dans cette union l’harmonie à laquelle elle aspirait.  Aussi céda t’elle un jour à l’un de ses gardes du corps qui sut s’en occuper – de son corps à elle.  Elle y prit goût et décida de tester un à un (le multi-partenariat dans une unité spatio-temporelle n’est pas pratiqué en Boldavie) tous les hommes du pays et de faire de celui qui lui ferait connaître les galaxies et le cosmos, le roi de Boldavie pour lequel elle abdiqua, ce qui devint la base de la constitution anarcho-monarchiste du pays, constitution toujours en vigueur aujourd’hui. L’aîné des enfants du couple royal quel que soit son sexe se soumet à cette initiation et cède son poste à celui ou celle de Boldaves qui l’amène aux portes de l’infini. (2)

Depuis 1724 et cette grande révolution, le fait le plus marquant fut la décision prise par le roi Bilauki en 1875 de faire explorer les possibilités minières des Monts de la Sérénité, ce qui permit à l’ingénieur Zoldago de découvrir ce fameux minerai que le pays reconnaissant décida de nommer le Zoldag et qui par son utilisation universelle a fait la fortune du pays et de tous ses habitants, permettant ainsi au pays de vivre en totale autarcie.

 

 

(1)           nous consacrerons un chapitre aux raisons de cette disparition

 

(2)          on nous a rapporté que cette coutume – qui présente l’avantage pour le souverain de connaître environ la moitié de la population de son royaume – a été adoptée et perdure dans certains royaumes.

 

à suivre

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article