Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

King Lear

King Lear

Drame comique,                                                                                                                                                 pour deux acteurs en une heure et quart, d’après une idée Anglaise, attribuée à un auteur au patronyme contesté, William Shakespeare ;                                                                                                    remis au goût du jour (celui où l’on assiste à la représentation) par le collectif Main d’œuvre.

 

‘Nothing will come of nothing’, dit à Cordelia son papa, qui a un beau métier, roi d’Angleterre, mais qui veut faire valoir ses droits à la retraite – au passage si quelqu’un pouvait me renseigner sur le régime de retraite pour roi (ou reine) –                                                                                                               on y reviendra sur cette phrase, on essaiera de comprendre l’auteur,                                                    mais en attendant ce moment de philologie nous trouvons ces mots de circonstance ,                        en effet, il n’y a rien sur cet espace qui sert de scène, rien qu’ un modeste bric à brac ;                           de ce rien ne va pas surgir un néant mais un condensé de pièce,                                                              on élimine certains personnages, on réduit ou supprime certaines intrigues parallèles,  on fait appel à leur insu aux spectateurs – ravis -pour qu’ils figurent le désordre que font régner les suivants de Lear chez ses filles,                                                                                                                                                et comme l’on joue à deux tous les rôles, on est homme et femme, on est aussi ambigu que Shakespeare a  toujours voulu l’être ;                                                                                                               

ainsi que le disait Will Shakespeare, l’un des contemporains de notre auteur, ce n’est plus qu’un conte de bruit et de fureur,                                                                                                                                rempli de cette distance qui fait des rêves la matière de nos vies, ainsi que le disait fort bien Guillaume Shakespeare, un autre contemporain de notre auteur.                                                        Nous avons aimé, et nous prions pour que le mystère de toutes les pièces nous soit dévoilé de la même manière par d’autres espions de Shakespeare.

J’ai vu au théâtre John Gielgud et John Scofield (en Angleterre) ;  toujours en Anglais, j’ai vu Laurence Olivier et Orson Welles au cinéma ; en France, j’ai vu Jean Marais au théâtre romain de Vaison la Romaine, Philippe Morier-Genoud à Avignon, Georges Wilson (il y a longtemps) et Serge Merlin (récemment) au TNP ; que d’acteurs prestigieux ! souvent dans des mises en scène de grande tenue, mais le Lear que je garderai en mémoire c’est celui-ci,                                                                                   qui me semble en harmonie -  tant par l’heure de la représentation (dans l’après-midi, comme le théâtre élisabéthain) que par ce traitement décalé, plein de fantaisie et de connivence avec le public – avec les souhaits de Shakespeare.                                                                                                                   Pour être complet un éloge doit comporter une critique, cela tombe bien, j’en ai une : j’étais très mal assis…                                                                                                                                                                     L’heure est passée pour la digression philologique promise, nous la remettons à une date ultérieure…

Merci au théâtre et applaudissements pour ce grand moment de plaisir au collectif Main d’œuvre, aux deux acteurs Jérôme Kocaoglu et Frédéric Fialon et à Caroline Fay qui a mis en scène ce King Lear.

 

© Mermed 3 Juin 2018

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article