Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

Si ce n'est le nom, rien à voir...

Si ce n'est le nom, rien à voir...

 En ce temps-là, les hommes m’appelaient Asharah;                                                                                                                       

j’étais la mère de ces garçons                                                                                                                                                         

que mon mari et moi avions envoyé sur terre                                                                                                                                   

pour y trouver des épouses parmi les filles des hommes (1)                                                                                                                                                          

qui m'adoraient, moi, la reine du ciel; (2)                                                                                                                                                                                                                 

 et puis malgré les centaines de prophètes                                                                                                                                       

qui me disaient comme d'autres disaient mon époux,                                                                                                                     

malgré toutes ces stèles érigées à ma gloire, (3)                                                                                                                                 

je fus vilipendée, mise au rebut,                                                                                                                                             

je ne fus plus qu'un pieu sacré (4)                                                                                                                                                     

et arriva ce qui est le sort du commun,                                                                                                                                               

mon mari tourna ses yeux vers une jeunesse,                                                                                                                             

avec laquelle il eut un fils,                                                                                                                                                                     

'mais sans rapport physique avec elle' m'assura t-il...                                                                                                               

que je devais le croire....                                                                                                                                                               

et que j'étais toujours la femme de ses éternités!                                                                                                                           

Mais ses amis les plus fidèles - puisqu'ils chassaient les infidèles -                                                                                           

m'ont méprisée à même m'effacer du livre sacré, (5) - -                                                                                                                                                                     

 comme ils ont fait disparaître tous les écrits de mes prophètes                                                                                                   

et les poèmes de mes prophétesses                                                                                                                                               -

ne reconnaissant à mon époux devant lui-même                                                                                                                       

et les hommes que nous avions créés,                                                                                                                                               

que sa dernière femme,                                                                                                                                                                         

cette petite vierge – charmante au demeurant,                                                                                                               

 je dois le reconnaître quand je vois ses portraits.

 

Mais moi, Asharah, je suis perdue dans la mémoire de l'oubli,                                                                                                   

avec ma sœur, celle qui est 'noire mais belle'. (6)


 

(1) Genèse 6,1                                                                                                                                                                                                                                           

(2) Jérémie 7,16 et 44,19                                                                                                                                                                                                                       

(3) Stèles de Kuntillet Ajrud (VIIIe siècle av. J.-C) avec l'inscription  'Je vous ai bénis par YHWH de Samarie et Son Asharah' et de Shefalah (600 avant JC) 'YHWH et son Asharah'                                                                                                                                                                                                          

(4) Exode 34,13                                                                                                                                                                                                                                     

(5) Voici deux traductions du verset 19 du chapitre 18 de Rois I                                                                                                                                             

Bible de Jérusalem 'Maintenant, envoie rassembler tout Israël près de moi sur le mont Carmel, avec les quatre cent cinquante prophètes de Baal, qui mangent à la table de Jézabel.'                                                                                                                                                                                                

Bible de la Pléiade dirigée par E.Dhorme '...et les prophètes de l'Asharah au nombre de quatre cent qui mangent tous à la table de Jézabel.'           

le texte hébreu, La Septante écrivent Asharah...

(l'école biblique de Jérusalem fait-elle preuve d'ignorance, de peur, de présupposé, de préjugé ou de mauvaise foi?)                                                                                                                                                                                                                                 

(6) Cantique des cantiques (1,5) 'I am black, but comely' Après avoir beaucoup travaillé Le Cantique des cantiques, l'avoir rapproché des vers de Sappho et des vers des 43 poétesses Grecques qui vivaient et écrivaient avant J.C., il me semble que le cantique a été écrit à quatre mains, celles d'une femme et celles de son amoureux.


 

© Mermed Octobre – 3 Novembre 2019


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article