Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

John Coltrane et Miles Davis

John Coltrane et Miles Davis

 

III Écouter…

Certains jours j’aime écouter avec des amis

des musiciens qui plaisent à mon esprit;

Clifford Brown en compagnie de Brodsky;

avec Daniel Biga, j’écoute Celentano;

puis Varese me fera entendre les mots

des offrandes de Vicente Huidobro.

En marchant le lendemain dans les collines

j’écoute à l’instar de l’ami Haruki

Eric Clapton soutenu par Phil Collins

jouer Reptile et aussi Cocaïne,

pour un Kafka sur une page de Murakami.

Traversant le pont des légions avec Nezval

je chante des airs d'opéras funèbres

composés jadis par Carl Maria von Weber,

pour le Desdichado de Gérard de Nerval.

Puis, le son de la boule de la roulette,

dans les salons du casino de Marienbad,

qui s’arrête encore une fois sur le sept,

alors qu’ il a tout misé sur le dix sept,

Fédor Dostoïevski - really too bad !

 

Ayant perdu jusqu’ à l’illusion d’être en vie,

je pars écouter avec Bill Evans,

et Miles Davis, et aussi Thelonius

tout près du tombeau inexistant du génie,

celui qui accompagne les insomnies

des nuits que nous partageons avec Holan

Vladimir et Hamlet, Wolfgang Amadeus;

et nous dansons la valse triste de Sibelius;

pendant ce temps le hongrois Weores m’attend

avec Charles Cros chez Frédéric Chopin

dont nous écoutons les conseils avertis

sur tout ce qui touche à l’amour et ses fins.

A cet instant débute le concert désolé

de tous les appels de l’histoire plus forts

que le cri des vagues qui ont emporté

les cris de toutes les Cassandres éplorées.

Les hurlements s.siens de brutes avinées

qui détestent que vivent tous ceux du ghetto,

jusqu’ au dernier survivant de Varsovie

Arnold Schönberg nous les a apportés;

nous les retrouvons en lisant Primo Levi

et tous ces hommes en humanité zéro.

J’ entends alors chanter une fille une chanson,

Marina chante les mots mêmes d'Alexandre

quand autour de nous tout est réduit en cendres,

les reliques des saints aux dés nous les jouons,

nous demandons si nous sommes encore en vie

Le trio de l’archiduc nous donne l’envie

d’écouter encore les musiques en compagnie

de ceux qui ont écrits les mots qui sont nos amis.

 

à suivre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article