Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

Confinement, jour 34

Leïb Rochman

 

Dans ce livre,

pas un mot,

pas une phrase,

pas une page,

à supprimer,

à oublier.

 

Des phrases, des pages, des mots,

remplis de morts,

de vivants,

d’âmes qui ont quitté les corps brûlés,

de laissés pour morts,

mais vivants - presque …

après avoir pu s’extraire d’en dessous des centaines de cadavres

dans une fosse des plaines de la mort,                                                             

 

le vieux suppliant te regarde

quand il part traverser les plaines des ténèbres,

qui l’ont saisi, emporté dans un obscur trépas.*

 

Un poème en mots,

dont l’âme est la prosodie ;

dont la mort

- celle des vivants et celle de ceux qui ne le sont plus -

est le rythme ;

un monument à la mémoire

de ce qui aurait pu être une humanité…

perdue

dans les chambres à gaz,

et aussi,

sous les lames des bulldozers qui enfouissaient,

et,

derrière le crucifié des assassins

de l’indifférence,

ou de Kielce*.

 

Ces pages, il faudrait les apprendre,  les réciter, les dire ici et partout...

 

Je ne connais pas le Yiddish, je ne peux rien dire de la traduction,

mais le texte français que j’ai lu, de Madame Rachel  Ertel, m’a ébloui par sa beauté, bouleversé par sa densité.

 

 

 

A pas aveugles de par le monde  Leïb Rochman, Denoël

 

 

* ces vers appartiennent à Georges  Séféris  (La Grive III)  et à Sophocle qui en fait des mots d’Antigone (Œdipe à Colone,  vers 1679-1682)

*Kielce  (Pologne)  dans cette ville le 4 Juillet 1946, 42 juifs furent assassinés au cours d’un pogrom.

 

 

 

© Mermed 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
je découvre ce blog et je suis fascinée par vos mots, je vais m'abonner pour venir y puiser le bonheur de lire vos mots.
Répondre
M
Bonjour<br /> merci beaucoup<br /> bienvenue et prenez soin de vous<br /> Mermed