Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

The Waste Land suite

L'île aux chiens.

L'île aux chiens.

III. The Fire Sermon
 
  The river’s tent is broken: the last fingers of leaf
Clutch and sink into the wet bank. The wind
Crosses the brown land, unheard. The nymphs are departed.
Sweet Thames, run softly, till I end my song.
The river bears no empty bottles, sandwich papers,
Silk handkerchiefs, cardboard boxes, cigarette ends
Or other testimony of summer nights. The nymphs are departed.
And their friends, the loitering heirs of city directors;
Departed, have left no addresses.
By the waters of Leman I sat down and wept . . .
Sweet Thames, run softly till I end my song,
Sweet Thames, run softly, for I speak not loud or long.
But at my back in a cold blast I hear
The rattle of the bones, and chuckle spread from ear to ear.
 
A rat crept softly through the vegetation
Dragging its slimy belly on the bank
While I was fishing in the dull canal
On a winter evening round behind the gashouse
Musing upon the king my brother’s wreck
And on the king my father’s death before him.
White bodies naked on the low damp ground
And bones cast in a little low dry garret,
Rattled by the rat’s foot only, year to year.
But at my back from time to time I hear
The sound of horns and motors, which shall bring
Sweeney to Mrs. Porter in the spring.
O the moon shone bright on Mrs. Porter
And on her daughter
They wash their feet in soda water
Et O ces voix d’enfants, chantant dans la coupole!
 
Twit twit twit
Jug jug jug jug jug jug
So rudely forc’d.
Tereu
 
Unreal City
Under the brown fog of a winter noon
Mr. Eugenides, the Smyrna merchant
Unshaven, with a pocket full of currants
C.i.f. London: documents at sight,
Asked me in demotic French
To luncheon at the Cannon Street Hotel
Followed by a weekend at the Metropole.
 
At the violet hour, when the eyes and back
Turn upward from the desk, when the human engine waits
Like a taxi throbbing waiting,
I Tiresias, though blind, throbbing between two lives,
Old man with wrinkled female breasts, can see
At the violet hour, the evening hour that strives
Homeward, and brings the sailor home from sea,
The typist home at teatime, clears her breakfast, lights
Her stove, and lays out food in tins.
Out of the window perilously spread
Her drying combinations touched by the sun’s last rays,
On the divan are piled (at night her bed)
Stockings, slippers, camisoles, and stays.
I Tiresias, old man with wrinkled dugs
Perceived the scene, and foretold the rest—
I too awaited the expected guest.
He, the young man carbuncular, arrives,
A small house agent’s clerk, with one bold stare,
One of the low on whom assurance sits
As a silk hat on a Bradford millionaire.
The time is now propitious, as he guesses,
The meal is ended, she is bored and tired,
Endeavours to engage her in caresses
Which still are unreproved, if undesired.
Flushed and decided, he assaults at once;
Exploring hands encounter no defence;
His vanity requires no response,
And makes a welcome of indifference.
(And I Tiresias have foresuffered all
Enacted on this same divan or bed;
I who have sat by Thebes below the wall
And walked among the lowest of the dead.)
Bestows one final patronising kiss,
And gropes his way, finding the stairs unlit . . .
 
She turns and looks a moment in the glass,
Hardly aware of her departed lover;
Her brain allows one half-formed thought to pass:
“Well now that’s done: and I’m glad it’s over.”
When lovely woman stoops to folly and
Paces about her room again, alone,
She smoothes her hair with automatic hand,
And puts a record on the gramophone.
 
“This music crept by me upon the waters”
And along the Strand, up Queen Victoria Street.
O City city, I can sometimes hear
Beside a public bar in Lower Thames Street,
The pleasant whining of a mandoline
And a clatter and a chatter from within
Where fishmen lounge at noon: where the walls
Of Magnus Martyr hold
Inexplicable splendour of Ionian white and gold.
 
               The river sweats
               Oil and tar
               The barges drift
               With the turning tide
               Red sails
               Wide
               To leeward, swing on the heavy spar.
               The barges wash
               Drifting logs
               Down Greenwich reach
               Past the Isle of Dogs.
                                 Weialala leia
                                 Wallala leialala
 
               Elizabeth and Leicester
               Beating oars
               The stern was formed
               A gilded shell
               Red and gold
               The brisk swell
               Rippled both shores
               Southwest wind
               Carried down stream
               The peal of bells
               White towers
                                Weialala leia
                                Wallala leialala
 
“Trams and dusty trees.
Highbury bore me. Richmond and Kew
Undid me. By Richmond I raised my knees
Supine on the floor of a narrow canoe.”
 
“My feet are at Moorgate, and my heart
Under my feet. After the event
He wept. He promised a ‘new start.’
I made no comment. What should I resent?”
 
“On Margate Sands.
I can connect
Nothing with nothing.
The broken fingernails of dirty hands.
My people humble people who expect
Nothing.”
                       la la
 
To Carthage then I came
 
Burning burning burning burning
O Lord Thou pluckest me out
O Lord Thou pluckest
 
burning
 

 

 

III Le sermon du feu

La tente de la rivière est brisée; les dernières brindilles

Agrippent la rive humide où elles senfoncent. Le vent

Traverse la terre brune, sans bruit. Les nymphes sont parties.

Douce Tamise, coule doucement, jusquà la fin de mon chant.

Aucune bouteille vide dans leau, ni papiers gras,

Ou mouchoirs en papier, boîtes en carton, mégots

Ou tout autre souvenir des nuits dété. Les nymphes sont parties.

Et leurs amis, héritiers oisifs des patrons de la Cité ;

Sont partis aussi, sans lasser dadresse.

Au bord du Léman, je me suis assis et jai pleuré…  (1)

Douce Tamise, coule doucement, jusquà la fin de mon chant.

Douce Tamise, coule doucement, je ne parle ni beaucoup ni fort.

Mais dans mon dos dans un souffle froid jentends

Les os qui sentrechoquent, et un gloussement doreille en oreille.

Un rat grattait doucement dans les herbes

Traînant son ventre sur la rive

Pendant que je pêchais dans les eaux sombres du canal

Un soir dhiver juste derrière lusine de gaz

Réfléchissant au naufrage de mon frère le Roi (2)

Et à la mort du roi mon père, avant.

Des corps nus et blancs sur le terrain humide

Des os moulés dans un petit grenier sec,

Que seuls les pas des rats entrechoquent, année après année.

Mais dans mon dos de temps à autre jentends

Le bruit des moteurs et des cornes, qui amèneront

Sweeney chez Mme Porter au printemps.

Oh la lune se reflétait sur Mme Porter

Et sur sa fille

Elles se lavaient les pieds dans du soda

Et ces voix denfants, chantant dans la coupole!

Twit twit twit

Jug jug jug jug jug jug

Forcée si violemment.

Tereu

 

Cité irréelle

Dans le brouillard gris dun midi dhiver

M. Eugenides, le marchand de Smyrne

Mal rasé, les poches pleines de raisins

C.i.f. Londres: documents à vue,

Me pria en Français démotique

A déjeuner avec lui à lHôtel Cannon Street

Avant de passer un week-end au Métropole.

 

Cest lheure violette, quand les yeux et les dos

Se détournent du bureau, quand la machine humaine attend

Comme une taxi vibrant en maraude,

Moi, Tirésias, aveugle certes, hésitant entre deux vies, (3)

Vieillard aux seins ridés de femme, je peux voir

Lors de lheure violette, lheure du soir qui lutte

Vers la maison, et ramène le marin chez lui,

La dactylo chez elle pour le thé, range la table du petit déjeuner,

Allume son fourneau pour faire cuire ses conserves.

A la fenêtre périlleusement suspendues

Ses combinaisons sèchent aux derniers rayons du soleil,

Sur le divan (son lit, la nuit)

Des bas, des chaussons, des chemisiers et des jarretelles.

Moi, Tirésias, vieillard aux mamelles ridées

Je voyais tout cela, et annonçais la suite

Moi aussi jattendais lhôte attendu.

Lui, le jeune homme boutonneux, arrive,

Petit employé dune agence immobilière, le regard arrogant,

Un den bas sur qui porte lassurance

Comme un millionnaire de Bradford son chapeau de soie.

Cest le moment propice, à ce quil imagine,

Le repas se termine, elle sennuie, elle est fatiguée,

Pour lentreprendre de ses caresses

Qui ne sont pas repoussées, même si elles ne sont pas désirées.

Coloré du rouge de laudace, il lance lassaut dun coup;

Ses mains explorent sans être repoussées;

Sa vanité ne demande pas de réponse,

Et accueille bien même lindifférence.

(Et moi, Tirésias, jai souffert à lavance tout

Ce qui sest passé sur ce divan ou ce lit;

Moi qui étais assis au pied des remparts de Thèbes

Et qui ai marché au milieu des morts les plus vils.)

Il accorde un dernier baiser condescendant

Et sen va tâtonnant dans lescalier pas éclairé.

Elle se retourne et se regarde un peu dans le miroir,

A peine consciente de labsence de son amant,

Une pensée à peine esquissée se fraie un chemin :

Cest fait et cest bien que ce soit fini.’

Quand une belle femme sabandonne à la déraison et

Fait les cent pas dans sa chambre, seule,

Elle se passe machinalement la main dans les cheveux,

Et met un disque.

Cette musique est venue jusquà moi depuis les vagues’

Et tout au long du Strand et de Queen Victoria street.

Oh Ville ville, quelquefois je peux entendre

Vers un bar de Lower Thames street,

La plainte agréable dune mandoline

Et le fracas et les papotages à lintérieur

Des poissonniers qui se reposent à midi : la où les murs

De Magnus Martyr resplendissent

De linexplicable splendeur ionique en blanc et or

La rivière transpire

De lhuile et du bitume

Les péniches dérivent

Sur cette marée montante

Des voiles rouges

Largement

Vers Leeward, un swing appuyé.

Les péniches lavent

Le bois flottant

Vers Greenwich reach

Après lîle aux chiens.

Weialala leia

Wallala leialala

Elisabeth et Leicester

Allaient en ramant

La poupe moulée

Un coquillage doré

Rouge et doré

La houle vive

Clapotait sur les deux rives.

 

Le vent du sud ouest

Emportait sur les rivières

Le carillon des cloches

Tours blanches

Weialala leia

Wallala leialala

‘Les trams et les arbres poussiéreux.

Highbury ma faite. Richmond et Kew

Mont défaite. Près de Richmond jai levé

Mes genoux du plancher dun canot étroit.’

‘Mes pieds sont à Moorgate, et mon coeur

sous mes pieds. Après lévénement

Il pleura. Il prometun nouveau départ.

Je ne fis aucun commentaire. Pourquoi lui en vouloir ?’

‘Sur les sables de Margate

Je ne relie rien à rien.

Les ongles cassés de mains sales.

Les miens, gens modestes qui nattendent

Plus rien.’

La la

Jarrivais alors à Carthage.

Brûlant brûlant brûlant brûlant

Oh Seigneur tu mas arraché

Oh seigneur tu mas arraché

Brûlant.

 

1            Psaume 137

2           The Tempest

3           Sophocle

 

à suivre...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article