Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

Deux femmes de ce peuple dont Kessel disait qu'il était invincible.

Deux femmes de ce peuple dont Kessel disait qu'il était invincible.

Digressions autour de la poésie des femmes Pashtounes
 
 
Trop souvent j'ai hanté les prisons de la solitude
 
trop longtemps j'ai erré dans les cours de l'inquiétude
 
dans mes habits usés j'ai fatigué tous mes amis
 
avec mes habitudes fatiguées j'ai usé toute ma magie
 
et l'amour aussi,
 
ma couche je l'ai parfumée de cinnamon et d'encens
 
autour de mon cou un sachet de myrrhe enjôle mes seins
 
attente de la consolation des voluptés
 
encore.

 

© Mermed

 

 

Les poésies des femmes Pashtounes ont été rassemblées par Sayd Bahodine Majrouh, (traduction par André Velter et l'auteur - Connaissance de l'Orient, Gallimard).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
très joli !
Répondre
M
Merci beaucoup
A
à cette évocation, on prends du sable plein les yeux...
Répondre