Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Dogberry

sur le chemin de randonnée qui traverse Israel du Nord au Sud

sur le chemin de randonnée qui traverse Israel du Nord au Sud

Si j’avais de l’humanité à en déborder,
si j’avais une page de talent,
je saurais vous dire Ora,
je saurais vous convaincre de lire ce livre,
et vous n’auriez plus qu’à l’aimer cette femme qui raconte ses jours passés,
ceux des gens, du pays qu’elle aime,
en marchant sur ce chemin qui permet d’aller du nord au sud de ce pays pour lequel meurent des jeunes gens amoureux de la Torah,
amoureux de ce pays, qui dit-elle, ‘n’a aucune perspective d’avenir, aucune.’
Une marche pour se souvenir d’un passé d’amour et de peur,
dans un présent d’amour et d’appréhension,
des pas pour s’éloigner de la nouvelle qui pourrait arriver,
des pas pour oublier le jour suivant.
Un fils peut-il mourir si on ne l’apprend pas ?
Marcher pour ignorer,
marcher pour se faire oublier du destin…
qui pourrait, en retour, oublier le fils.
Marcher pour tuer la mort.
Acceptez tout cet amour,
l’amour de cette femme qui vous aimera vous, derrière ces pages.
Partagez ces vies détachées de tout l’accessoire des futilités,
dans ce roman de David Grossman.
Lisez-le chez vous ou mieux encore, pendant les bivouacs lors de vos marches – pour ce livre je choisis le plateau du désert de Judée, quelque part au bord de la falaise entre Massada et le Wadi Kidron, vue sur la Mer Morte, lever de soleil derrière les montagnes de Jordanie…
En buvant – c’est le matin, alors un thé du thermos en écoutant les voix d’Ora et d’Avram qui seront votre compagnie.
 
David Grossman, Une femme fuyant l’annonce tr. Sylvie Cohen
(je ne connais pas l’hébreu, je ne peux pas dire que ce livre est bien traduit, je peux dire que je l’ai trouvé magnifiquement écrit en français comme tous les livres que j’ai lus, traduits par Madame Cohen)

© Mermed 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article