Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

Je voulais écrire un opéra,

Je voulais écrire un opéra,

Je voulais écrire un opéra,

ou une pièce de théâtre
que j’aurais accompagnée
d’une musique élégante et discrète.
C’aurait été une conversation
entre trois personnes d’âge. (que j’aurais appelées YHWH, Dieu et Allah)
Au début ils auraient eu des échanges très profonds,
les pluies des derniers mois,
les modifications climatiques dues à toutes ces nouvelles inventions,
-‘et aux gaz des vaches pétomanes’,
ajouterait même l’un d’eux -
chacun parlait à son tour,
puis écoutait ;
une conversation empreinte d’un profond respect mutuel;
puis ils auraient comme cela se fait,
parlé des enfants,
des études des petits enfants,
qui n’auraient été présents dans le livret que par leurs noms,
l’un se serait attardé sur Moïse,
un autre aurait évoqué avec fierté un dénommé Jésus,
le troisième aurait souhaité un mari comme son Mahomet à toutes les femmes de l’univers et d’autres lieux encore inconnus.
Puis, le temps consacré à la famille et aux amis étant épuisé,
ils auraient parlé des distances entre eux qui s’étiraient toujours davantage,
du temps qui s’enfuyait infiniment,
des filles avec toute la sage réserve qui sied aux messieurs d’âge ;
enfin une fois traitée la politique des mondes et univers,
après avoir redit leur joie de l’invention tsimtsoumesque du retrait -
tout cela aurait été en Bas-lapon,
et derrière le Balcon
au-dessus du lac Balaton
l'accompagnement discret d'un balafon -
Ils auraient alors posé sur la table l’épineux problème dont ils sentaient confusément
- on peut être dieu et confus
‘un souffle vague émeut les sphères vagabondes’
- disait le poète -
qu’ils en étaient à l’origine,
celui de cette proposition de religions diverses et variées
mais toutes propres à satisfaire les hommes des pouvoirs sur terre,
les déterminateurs du bien et du mal,
Moi la mienne c’était la prem, vous ne seriez pas venu que…
La mienne c’est celle de celui que tu as annoncé toi-même…
Mais la mienne est d’avant, et ce n’est pas parce qu’un obscur poète a parlé de ‘sa sagesse bâtarde’…
Mais des hommes de cette qualité – n’est pas dieu le premier venu – ne pouvaient pas se chamailler bien longtemps, ils savaient bien que les mots,
même les leurs ne suffisaient pas
et qu’ils ne faisaient qu’obscurcir l’obscurité
aussi pour terminer ils auraient signé cette déclaration commune
qu’ils étaient les seuls à n’avoir pas de religion
Un très beau final aurait amené les spectateurs
jusqu’au néant après avoir traversé le chaos.
 
Mais je n'ai pas écrit cet opéra.
 
@Mermed 
 
 
 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
pas encore alors ...
Répondre