Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

Un article sur facebook...

L'article était accompagné de ce tableau de Baba

L'article était accompagné de ce tableau de Baba

Je ne résiste pas à publier cet article...
Je lis les chiffres aujourd'hui :
 
68 434
personnes en parlent
657 543
Total des mentions J’aime une Page
 
 
Je veux revenir sur le 13 Novembre, et sur le 20, et sur tant d'autres meurtres.
Le 13 Novembre, nous savons tous ce que fut ce jour, ce que furent ces morts, tous - presque - nous avons pleuré, nous avons été révolté, nous avons admiré le travail des policiers.
Le 22 Novembre, (l'avons-nous entendu?) une jeune Israélienne est morte après avoir été attaquée au couteau par un Palestinien; depuis le 1° Octobre, ces attaques à l'arme blanche ont coûté la vie à 16 Israéliens, les ripostes des soldats et policiers Israéliens, les affrontements entre soldats Israéliens et jeunes Palestiniens ont causé la mort de 89 Palestiniens.
Daech, d'un côté, le Hamas d'un autre; la charte du Hamas, les éructations politiques de daech et de tous les hezbollahs et autres groupes de tueurs, s'appuient sur un faux (Le protocole des sages de Sion) pour assener leur principaux postulats:
1- 'le Mouvement de la Résistance Islamique aspire à l'accomplissement de la promesse de Dieu, quelque soit le temps nécessaire. L'Apôtre de Dieu - que Dieu lui donne bénédiction et paix - a dit: 'L'Heure ne viendra pas avant que les musulmans n'aient combattu les Juif - c'est à dire que les musulmans ne les aient tués, avant que les Juifs ne se fussent cachés derrière les pierres et les arbres et que les pierres et les arbres eussent dit: 'Musulman, serviteur de Dieu! Un Juif se cache derrière moi, viens et tue-le.' (article 7)
2 'Le plan sioniste n'a pas de limite; après la Palestine, ils ambitionnent de s'étendre du Nil à l'Euphrate. Lorsqu'ils auront parachevé l'assimilation des régions auxquelles ils seront parvenus, ils ambitionneront de s'étendre plus loin encore, et ainsi de suite. Leur plan se trouve dans les Protocoles des Sages de Sion.' (Article 32)
lisez, si vous ne l'avez pas fait, ou relisez si vos souvenirs sont flous ces deux chefs d’œuvre de médiocrité haineuse, à ce propos, en passant, une piqûre de rappel,
le Hamas comporte plus de membres militants que n'en comptaient les SS à la fin des années 30; les chiffres semblent exacts, et les chiffres nous disent, 25 000 membres du Hamas soit environ 1% de la population palestinienne
100 000 SS dans les années 30 soit moins de 0,2% de la population allemande.
Moi, né de culture mono-polythéiste (c'est à dire catholique apostolique romain), je nous pose une question:
devons nous êtres aussi aveugles que nos ancêtres devant les assassinats de Juifs et la menace d'extermination de la nation Juive, devons-nous être aussi candides devant les massacres d'innocents en Europe et les menaces de destruction de l'occident ?
La guerre, les tueries en Palestine, ne l'oublions - pas sont les fruits d'un problème né en Europe et réglé par les politiques Européennes après la guerre, ne donnons pas par notre soutien compassionnel aux extrémistes qui ont trouvé dans les classes pleurnichardes de l'occident chrétien les relais formidables à leurs actions, car le Hamas (et Daech et tous les autres) est aussi un exceptionnel communicant, et un bien meilleur politique que le gouvernement Israélien; ce qu'il montre parfaitement en faisant de la population Palestinienne une arme et une victime, arme de propagande massive quand, grâce à des attentats soigneusement choisis, il incite le gouvernement Israélien - qui tombe dans le piège tendu - à être le bourreau – à nos yeux - de victimes innocentes que lui, Hamas, a volontairement sacrifiées pour faire pleurer les nantis occidentaux et s'assurer leur aveugle soutien, qui s'exprime de façon indéfectible envers La Palestine.
Peut-on pleurer les tueurs abattus en Palestine, et haïr les tueurs venus en France?
Peut-on reprocher les déploiements et ripostes des forces Israéliennes, et demander les mêmes en France?
Qu'ont fait nos pères quand les enfants Juifs étaient jetés au feu? Et que répondez-vous à ces enfants Juifs vêtus d'agonie qui arrivent d'Auschwitz ou de Kielce dans nos temps de triste splendeur pour assister au triomphe posthume des clones de Hitler?
Ne nous cramponnons pas à nos préjugés, ne soyons pas les pérégrins innocents sur le chemin des mots, en appelant antisionisme ce qui n'est rien d'autre que l'antisémitisme nauséabond de Drumont ou celui hautement raffiné de Virginia Woolf, qui, savamment entretenu nous amène à nous diviser, à rejeter un pays qui est part de nous et auquel nous sommes indissolublement lié et qui est le dernier rempart face à la barbarie qui nous menace.
Mais pas de confusion, les tueurs n'ont rien en commun avec les humains – chrétiens, musulmans, juifs, agnostiques, bouddhistes... rien en commun avec Abu Nuwas ou Navoï, ou Rumi:
Longtemps j'ai erré aux pays de l'indignation,
longtemps je me suis égaré dans les culs-de-sac de la colère,
longtemps je n'ai été que mes désirs,
puis j'ai dansé,
dansé derrière le voile de ma vie,
moi,
ni Juif,
ni Chrétien,
ni Musulman
pas plus Bouddhiste,
moi qui ne suis d'aucune religion,
moi,
qui ne suis ni descendant d’Adam et Eve
ni d’aucune autre légende, moi, qui ne suis d'aucune ville, d'aucun pays,
j'ai trouvé la beauté dans les tourbillons de l'amour,
et j'en ai fait des poèmes,
et je les ai dansés si longtemps
que je n’existais plus,
emporté par les nuages
Je tournais encore dans la poussière, que j'étais, dans la poussière, que je redeviendrais, je rejoignais l'éternité, heureux de n'être pas né, heureux de ne plus être sous-vivant, heureux de le savoir.
Je m'appelais Rûmî, je suis né à Balkh, il y a bien longtemps, je m'appelle Mevlana, je suis mort à Konya.
(j'ai mêlé beaucoup de mes mots à certains de Rumi)
Je m'arrête, car je sais depuis Qohélet qu'à écrire et à dire trop de mots il n'y a pas de limites.
Mermed 23 Novembre 2015

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Très intéressant de voir ce succès
Répondre