Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

Frédéric Louis Sauser dit Blaise Cendrars  1887 - 1961.

Frédéric Louis Sauser dit Blaise Cendrars 1887 - 1961.

Je lis souvent ce qu’écrivait Freddy, de la Chaux de Fond,
quand j’ai envie de voyager sans mettre mes pieds l’un devant l’autre,
quand j’ai envie de lire un si mauvais poète -
mauvais poète parce qu’il n’avait pas la gueule de l’emploi -
mais poète transporteur,
partons avec lui dans le transsibérien,
sur un steamer,
ou bien dans une ruée vers l’or;
posons nous des questions sur la force de la poésie,
la connaissance du monde et du destin:
en 1913 - deux ans avant de perdre le bras droit durant la guerre -
il sait : et mes mains s’envolaient aussi.
Cendrars visita des pays, des gens, des rêves,
tout voir, tout vivre je suis tous les visages,
toujours rattachés à une histoire des mots
- ceux des autres, les siens aussi -
à Anvers où il clochardise seule l’épaisseur du petit volume que j’avais dans la poche (Les testaments de Villon) me séparait de mon compagnon et m’empêchait de devenir une parfaite canaille, comme lui…
Le poète voyageur qui déborde d’univers.
Du catalogue de Leporello, des mille trois femmes de Dom Juan aux mille et trois clochers de Moscou.
Une vie d’écriture poétique à peine plus longue que celle d’Arthur - quelques années.
Et puis des romans, des souvenirs des articles.
Et tous ses fils qui ont traîné sur les routes qu’il a ouvertes - Kerouac, Chatwin, Duval, Newby et mêmes les médiocres ou les mondains, tous ses fils.
 
On lira Blaise Cendrars en mangeant son pâté d’olives, avec un vin rouge de pays
sur une terrasse dans un cabanon des Goudes.
On écoutera Honegger; ses sonorités accompagnent les vers de Cendrars dans mon esprit, et Pacific 231 avec la Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de France.
 
Les citations viennent de ses poèmes, de ses livres de souvenirs et de ses romans.
 
©Mermed 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article