Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

Sonnet 8

le char du soleil sur un vase Grec

le char du soleil sur un vase Grec

Lo! in the orient when the gracious light
Lifts up his burning head, each under eye
Doth homage to his new-appearing sight,
Serving with looks his sacred majesty;
And having climbed the steep-up heavenly hill,
Resembling strong youth in his middle age,
Yet mortal looks adore his beauty still,
Attending on his golden pilgrimage:
But when from highmost pitch, with weary car,
Like feeble age, he reeleth from the day,
The eyes, 'fore duteous, now converted are
From his low tract, and look another way:
So thou, thyself outgoing in thy noon
Unlooked on diest unless thou get a son.
 
Vois ! quand l’élégante lumière à l’orient
élève sa tête en feu, l’humanité
rend hommage à son nouveau jaillissement,
déférente pour sa majesté sacrée.
Il gravit cette pente abrupte jusqu’au ciel,
semblable à l’homme en son jeune âge,
et ils adorent sa beauté, les mortels
qui suivent les ors de son pèlerinage.
Quand en son char éreinté, du sommet,
en son âge vacillant au loin du jour,
les yeux, plus tôt déférents, sont distraits
de son cours affaissé et regardent alentour.
Toi aussi, au temps de la sénescence,
sans fils, tu mourras dans l’indifférence.
 
© Mermed 2014-2015
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article