Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mermed

Alfred de Musset, c'est un poète dont j'aime à me réciter les vers, et ce sonnet 30 est celui de Willie que je connais depuis le plus longtemps...et cela n'a aucun rapport.

Alfred de Musset, c'est un poète dont j'aime à me réciter les vers, et ce sonnet 30 est celui de Willie que je connais depuis le plus longtemps...et cela n'a aucun rapport.

When to the sessions of sweet silent thought
I summon up remembrance of things past,
I sigh the lack of many a thing I sought,
And with old woes new wail my dear time's waste:
Then can I drown an eye, unused to flow,
For precious friends hid in death's dateless night,
And weep afresh love's long since cancelled woe,
And moan the expense of many a vanished sight:
Then can I grieve at grievances foregone,
And heavily from woe to woe tell o'er
The sad account of fore-bemoaned moan,
Which I new pay as if not paid before.
But if the while I think on thee, dear friend,
All losses are restor'd and sorrows end.
 
Quant aux temps des douces rêveries muettes,
viennent à moi les choses du passé,
je languis l’absence de ce qui était ma quête,
et vêts de vieilles peines mon temps dévasté:
il arrive que des pleurs inondent mon œil
une fois de plus - peine d’amour perdu,
pour mes amis dans la nuit éternelle;
pleurs aussi pour la perte de ce qui fut:
je fais alors mon deuil des deuils passés,
et pesamment de peine en peine dis encore
et de larmes du cœur par le cœur dévorées
quand la seule richesse qui me reste
est d'avoir quelquefois pleuré,
me disait Alfred, le chancelant perpétuel.
la triste histoire de pleurs déjà pleurés,
qui coulent encore comme s’ils ne l’avaient fait.
Mais si mes pensées vont vers toi, cher ami,
les pertes sont compensées, la peine finie.
© Mermed 2014-2015

Commenter cet article