Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

un matin avant le départ...

un matin avant le départ...

Des détails

Jour 1 Après avoir dressé les tentes la veille au soir sur une des plages d'Eilat, c'est une journée pour faire connaissance, pour goûter à la mer Rouge - eau très agréable et toute l'année à une température comprise entre 22° et 28° ; en ce qui me concerne j'ai préféré reconnaître la première étape par un itinéraire que j'avais vu sur la carte, j'ai progressé sur environ le tiers de cette étape, mais l'itinéraire que j'ai emprunté m'a semblé trop compliqué pour être emprunté par une quarantaine de personnes ; j'ai rencontré en chemin le chef des secours en montagne (il redescendait après avoir, avec ses hommes secouru une dame qui s'était cassé la jambe – cette voie est non seulement dure, elle est également périlleuse)

 

Jour 2 L'étape commence par 3 kms le long de la mer rouge, puis commence l'ascension qui s'avère de temps à autre très difficile – pas techniquement, mais physiquement - il y a dans cette première journée 2 passages longs et épuisants avant d'arriver au but, le Mont Yehoram, après 1400 m de dénivelé positif et environ 800 m de dénivelé négatif ; et c'est le premier soir de véritable itinérance, montage des tentes, préparation du repas en commun, puis discussions autour du feu ; tout se monde se couche tôt.

Jour 3 Réveil à 5h (ce sera le cas chaque jour), préparation du petit déjeuner porridge avec miel de dattes et raisins secs, fruits et café ou thé ; en même temps préparation du repas de midi, tous les jours, ce sera Pâtes/riz/lentilles/Quinoa et légumes; chacun remplit sa gamelle, prend de l'eau, des fruits et c'est le départ entre 7h30 et 8h. Il n'y a pas d'accompagnateur pendant le temps de marche; les gens qui ont eu l'idée de cette organisation ne se chargent que de l'intendance, c'est à dire que – pour une somme modique – ils convoient les sacs principaux, fournissent toute la nourriture, les matelas et apportent 1000 litres d'eau chaque soir; cet itinéraire – comme toujours et partout dans le désert – suit de très anciens chemins de communication, et les zones de campement existent depuis la nuit des temps, mais ne croyez pas qu'ils sont autre chose que des endroits plats, relativement à l'abri du vent et toujours sans aucune eau, mais dans des paysages étonnants de beauté.

Et ainsi commence le 2°jour, au cours duquel après 3 descentes relativement compliquées, nous pouvons faire un petit détour vers la Vallée Secrète, une merveille de vallée qui se termine entre des falaises d'une centaine de mètres qui se rapprochent au point de ne plus laisser aucun passage. La montée au sommet du Mont Shehoret est encore une montée périlleuse; après la descente l'entrée dans un wadi (canyon) assez large est un soulagement...uniquement pendant 3 kms, au bout desquels se présente un premier mur de 6m (à descendre), vertical, aucun équipement... seule une vire au milieu permet de le passer, et 200 mètres plus loin, à nouveau un mur, de la même taille...Puis encore 2 kms faciles et c'est le campement, où le coucher de soleil derrière les falaises qui nous environnent est d'une rare magnificence dans le soleil couchant.

Jour 4 Nous partons, itinéraire facile, jusqu'à... un premier obstacle qui semble infiniment plus compliqué que les 2 difficultés de la veille : il s'agit toujours d'un mur, mais cette fois-ci d'une vingtaine de mètres, pas plus équipé que les murs de la veille ; en nous entraidant, en prenant notre temps nous y arrivons, tellement heureux d'avoir passé cette difficulté...hélas, joie brève, un deuxième mur identique se présente...mais nous le passons aussi et la fin de l'étape est une récompense de tranquillité et de facilité avant d'arriver au camp d'Etek Stream – sans aucun torrent, mais avec un Ibex qui nous regarde du haut d'une falaise.

Jour 5 Le croirez-vous ? Une journée assez facile, en passant par le site de Timna, qui comprend les célèbres mines de Salomon ; aucune difficulté autre que la chaleur. Nous campons dans la Sagson Valley ; la seule difficulté provient du vent qui est tellement fort que nous avons tous du mal à monter les tentes .

Jour 6 Une journée qui commence par une quinzaine de kilomètres plats, mais qui se poursuit par une montée d'environ 800 m de dénivelé sur un peu moins de 5 kms, en plein soleil, dure...jusqu'au Mont Shaharut où nous aurons tous très froid durant la nuit.

Jour 7 Une petite journée, avec un passage par la seule dune de sable du Néguev, pour arriver ensuite à Tzefor Faran Stream, camp où nous resterons 2 nuits (en effet, les organisateurs respectent le Shabbath, et ne bougent pas le Samedi)

Jour 8 Shabbath, peu de nous vont bouger ; Chris repart jusqu'à une route (environ 10 kms) pour trouver une voiture qui l’emmène dans une ville, Myriam et 2 autres filles font de même, mais pour aller dans un Kibboutz pas trop éloigné; en ce qui me concerne, je décide de faire l'étape du lendemain, qui est techniquement compliquée (un mur de 70 m) et que certains ont décidé de ne pas faire, et comme il y a un véhicule pour lequel l'Israélien qui nous a rejoint souhaite trouver un conducteur pour le lendemain; tout cela s'arrange bien. Cette étape que je fais aller et retour est longue, dure, mais très belle.

Jour 9 Voiture jusqu'au camp de Barak Stream, d'où je pars retrouver les marcheurs, je refais donc très largement cette étape que j'avais parcourue la veille.

Jour 10 Nous reprenons le car pour Jérusalem (le garçon dont j'ai conduit la voiture la veille nous emmène à l’arrêt de bus  qui est à environ 12 kms)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article