Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mermed

Sonnet 45
The other two, slight air and purging fire,
Are both with thee, wherever I abide;
The first my thought, the other my desire,
These present-absent with swift motion slide.
For when these quicker elements are gone
In tender embassy of love to thee,
My life, being made of four, with two alone
Sinks down to death, oppressed with melancholy;
Until life's composition be recured
By those swift messengers return'd from thee,
Who even but now come back again, assured
Of thy fair health, recounting it to me:
This told, I joy; but then no longer glad,
I send them back again and straight grow sad.
 
Les deux autres, feu purifiant, air léger,
sont avec toi, n’importe où je demeure;
l’un est mon désir, l’autre ma pensée,
présents, puis absents en moins d’une heure.
Ces éléments plus souples, ils partent alors -
tendres ambassades de mon amour - ma vie,
de quatre réduits à deux, plonge vers la mort,
étouffée par l’odieuse mélancolie,
jusqu’à ce que je me retrouve moi-même
grâce à ces vifs messagers, enfin là:
ils arrivent à l’instant, me rassérènent
en me disant ta belle santé, là-bas:
ce récit, quelle joie! puis moins heureux
je les renvoie et redeviens cafardeux.
© Mermed 2014-2015

Commenter cet article