Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

Carlos Drummond de Andrade  (1902 - 1987)

Carlos Drummond de Andrade (1902 - 1987)

 

Au milieu du chemin qui mène à Rio, il y a une pierre; c est la coupe du monde de football - LA coupe - celle de la meilleure seleçao en 1970; et puis il y a une autre pierre, celle-ci cest une école de samba, et ils chantent Tom Jobim et Vinicius de Moraes, satisfaits davoir leur rythme, pour nous qui vivons

dans le royaume des mots,

là se trouvent les poèmes en attente dêtre écrits

Et nous avons tout notre temps,

il y a des réserves colossales de temps,

Pendant lequel nous aussi nous désapprendrons le langage et resterons dans nos mémoires seuls les mots qui ne naissent pas enchaînés.

 

Nous resterons des lecteurs et comme le dernier lecteur de Dante - celui du quinzième étage - nous lirons ce poème entièrement composé de phrases empruntées à Machado de Assis - vous savez lauteur de cette autre grande digression littéraire, Les mémoires posthumes de Bras Cubas .

 

Dans la machine du monde, pour toujours il est un poète précaire, et c’est Carlos Drummond de Andrade.

 

 

Nous le lirons à Rio en écoutant toutes les sambas que lon aime ou les quatuors de Beethoven; on mangera un feijoado en buvant les mots de Carlos et en senivrant de la fureur des écoles de samba.

 

 

Jai demandé à ces poèmes de massister: Au milieu du chemin, Moi aussi, jai été Brésilien, Grand Monde,, Considération du poème, Recherche de la poésie, Le mythe, A un sorcier avec amour, Durée, Coupe du monde 70 linstant de bonheur.

Les traductions sont de Didier Lamaison La machine du monde Poésie/Gallimard

 

© Mermed septembre 2009

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article