Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

In memoriam

 

Le  premier mot  a jailli au milieu des flammes,

des flammes de ces feux qui éclaireraient

les noms écrits dans la poussière,

des noms si vite disparus que

nous avons cuit des tablettes d’argile

pour y déposer  nos chiffres et nos mots. 

 

Puis vinrent les jours de nostalgie,

l’abandon de nos tablettes d’argiles,

bien-aimées  gardiennes  de tous nos écrits

sur des couches de sueur et de sil.

 

Nous commençâmes à lire des rouleaux de papyrus,

nous avons eu des regrets,

c’était tellement mieux nos tablettes d’argile…

mais les rouleaux étaient plus légers,

 plus faciles à transporter; 

nous nous sommes accoutumés.

 

Puis vinrent les jours de nostalgie,

l’abandon des rouleaux de papyrus,

bien-aimés gardiens de tous nos écrits

sous la protection du divin Horus.

 

Nous avons tanné la peau des bêtes,

et nous lui avons confié nos mots,

nous avons eu des regrets,

c’était tellement plus beau nos rouleaux….

mais c’était moins fragile que le papyrus,

nous nous sommes accoutumés; 

 

                                Puis vinrent les jours de nostalgie,

l’abandon de nos codex en  parchemins,

bien-aimés gardiens de tous nos écrits

gardés du temps au milieu des jasmins.

 

Nous avons inventé le papier, nous y avons d’abord copié nos mots,

puis nous avons inventé des machines qui l’ont fait à notre place,

nous avons eu des regrets,

c’était si plaisant nos parchemins…

mais c’était plus esthétique tous ces livres dans nos bibliothèques;

nous nous sommes accoutumés.   

 

Vient le temps d’une nouvelle nostalgie,

l’abandon de nos livres en papier,

bien-aimés gardiens de tous nos écrits,

si jolis dans nos salons - salles à manger.

 

Nous avons mis les mots dans des machines,

bientôt ne resteront que des mots sur des écrans,

c’est difficile, nos livres montraient si bien notre immense savoir…

nous nous accoutumerons …

 

jusqu’à ce temps où les mots jailliront à nouveau des flammes,

pas celles qui disaient la fin du chaos,

mais celles qui diront le début du néant.

 

 

© Mermed 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article