Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

En écoutant Keith Jarrett

En écoutant Keith Jarrett

Je lisais un livre d’une Irlandaise, des mots d’une femme qui disaient les souvenirs de son frère, mort à Brighton –  à la suite d’une promenade au fond de l’eau jusqu’à ce qu’il n’y ait plus assez d’air, ni assez de chaleur, pour lui qui était nu sous son pantalon et sa veste ; elle va chercher son corps, et ce sont des scènes décomposées, et j’ai envie d’écouter Keith Jarrett, pourquoi lui ? Sa façon de jouer à demi debout… et je crois que cette femme écrit comme il joue et ses notes me conviennent  et aussi celles de Gary Peacock et Jack DeJohnette qui accompagnent Keith comme les frères et sœurs de cette femme l’accompagnent,elle, cette femme  qui, elle doit l’avouer,                                                             a un lave - vaisselle Miele.                                                                                                                     

Et soudain me vient ce vers de Tsefania Beit Ha‘lachmi, dans son œuvre immortelle Vie et mort en quatre rimes,                                                           

‘Point d’époux sans mariée, ni de pour sans parlers.’

Cela n’a aucun rapport,

 

 

J’ai écouté:  I Wish I Knew / If I Should Lose You/Late Lament/Rider/It's Easy to Remember/So Tender /Prism / Stella by Starlight/God Bless the Child/Delaunay's Dilemma      (Keith Jarrett, piano, Gary Peacock, bass and Jack DeJohnette, drums.)

Le livre The Gathering  Anne Enright

Le poète est une invention de Amos Oz.

 

Je dois ajouter que je n’écoute pas de musique quand je lis, mais que j’aime retourner dans un livre avec des musiciens qui me semblent en accord…

 

© Mermed

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
"So tender", quelle merveille… Ma journée est faite. Merci beaucoup !
Répondre
E
M'expliqueriez-vous Vous?
Répondre