Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

108

108
What's in the brain that ink may character
Which hath not figured to thee my true spirit?
What's new to speak, what now to register,
That may express my love, or thy dear merit?
Nothing, sweet boy; but yet, like prayers divine,
I must each day say o'er the very same;
Counting no old thing old, thou mine, I thine,
Even as when first I hallowed thy fair name.
So that eternal love in love's fresh case,
Weighs not the dust and injury of age,
Nor gives to necessary wrinkles place,
But makes antiquity for aye his page;
Finding the first conceit of love there bred,
Where time and outward form would show it dead.
 
Qu’y a t’il dans le cerveau que l’encre peut dire
et qui ne t’a pas montré mon âme fidèle?
que dire de neuf, de quoi se souvenir,
qui dise mon amour ou tes mérites réels ?
rien, doux ami; mais chaque jour qui vient
je dois répéter ma divine oraison;
rien ne me semble usé, toi mien, moi tien,
comme au début quand je sanctifiais ton nom.
Revêtu de neuf l’amour éternel,
n’endure ni poussière ni injures de l’âge,
il ne laisse pas place aux rides de vieillesse,
mais fait de l’ancien à jamais son page;
retrouvant ainsi l’amour du début,
quand temps voudrait qu’il ait disparu.
© Mermed 2014-2015
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article