Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

Abbé Mugnier

Arthur Mugnier, né le 27 novembre 1853 à Lubersac et mort le 1ᵉʳ mars 1944 à Paris.

Arthur Mugnier, né le 27 novembre 1853 à Lubersac et mort le 1ᵉʳ mars 1944 à Paris.

 

Ecclésiastique de peu,                                                                                       

que vicaire il fut…                                                                                             

lui qui se sentait ‘si bien fait pour escalader les hauteurs et s’y asseoir’                

puis fait chanoine pour les prébendes,                                                                 

nécessaires en fin de vie,                                                                                 

 ou quand on est à l’hôtel Dieu, dans la salle commune et que l’on s’appelle Verlaine (Paul), et que l’on écrit à Gabriel Fauré qui a mis en musique nos poèmes, pour réclamer le paiement de ‘ses petites prébendes’…                           

Il convient de préciser que non seulement Paul fut alcoolique, mauvais mari, homosexuel, tireur maladroit au pistolet, taulard et clodo, mais aussi confit en bondieuseries dans ses dernières années, et malgré tout l’abbé dont il est question ici dit une messe posthume pour lui.                                                 

Mais retrouvons notre vicaire…                                                                           

Il aime lire, et il lit juste, il est analyste subtil, perspicace, lui dont ‘toutes les amours n’ont été que littéraires…Combourg, Nohant, Saint-Point n’étaient que des voyages de noces.’                                                                                     

 De Huysmans à Cocteau, de Proust à Céline, de Drieu la Rochelle à Rabindranah Tagore, il les a tous fréquentés, voire connus et aimés ces écrivains qui comme Hugo ‘ont ouvert les portes du Panthéon, mais en ont chassé Dieu.’                                                                                                         

S’il n’était que ce chroniqueur de la vie intellectuelle de ses années de journal, que le pourfendeur de l’antisémitisme et de ses porte-drapeaux, ‘Drumont, la pire des canailles’, le critique objectif de la formation des prêtres, ‘On voulait faire de nous, au séminaire, de bons petits fonctionnaires religieux…’       

J’aurais pour lui une très grande sympathie,  hélas il y a ces innombrables repas chez ceux qui ont un nom, ‘ Ce que j’aime dans ce monde, c’est le cadre, les noms, les belles demeures, la réunion des beaux esprits, le contact des célébrités.’ Il se range le plus souvent à leurs côtés : une jeune fille de la société couche avec un valet de chambre, ‘ce misérable’ dit le brave abbé qui s’offusque que Léon Bloy et d’autres disent de lui qu’il est un ‘prêtre mondain’.  Parfois, trop rarement il retrouve ses qualités de critique, d’un convive il dit en Août 1901 :  ‘Ah ! le saint homme ! la pensée ne le dévore pas !’  Mais c’est l’exception, c’est quand même mieux chez les aristocrates que chez les bourgeois ! ‘Dîner chez les Germain. Madame s’obstine à ne pas me mettre à sa droite. On ne ferait pas cela dans l’aristocratie.’                                                                                                   

Pourtant ‘cette aristocratie est peu cultivée’ nous dit-il.                               

Mais j’ai un regret fondamental aussi curieux que gourmand, il dit rarement ce qu’il a mangé à ces tables qui devaient être bonnes, à quelques rares exceptions près, dont ‘un chaud froid de cailles’ dégusté entre Rachilde et Pol Neveu le 13 Mai 1927.   

 

Journal de l’abbé Mugnier (1879-1939)   Préface de Ghislain de Diesbach  Collection Le Temps retrouvé, Mercure de France

 

© Mermed

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article