Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

118

118

Like as, to make our appetites more keen,
With eager compounds we our palate urge;
As, to prevent our maladies unseen,
We sicken to shun sickness when we purge;                                                                                                    Even so, being full of your ne'er-cloying sweetness,
To bitter sauces did I frame my feeding;
And, sick of welfare, found a kind of meetness
To be diseased, ere that there was true needing.                                                                                           Thus policy in love, to anticipate
The ills that were not, grew to faults assured,
And brought to medicine a healthful state
Which, rank of goodness, would by ill be cured;                                                                                               But thence I learn and find the lesson true,
Drugs poison him that so fell sick of you.

 

Tout comme nous aiguisons notre appétit,

stimulant nos palais de goûts puissants,

aussi pour prévenir nos futures maladies,

nous nous rendons malade en nous purgeant;

ainsi, repu de ta mièvre élégance,

je me suis formé à goûts plus amers;

las de mon confort, j’avais convenance

à être malade, avant que nécessaire.

Cette tactique en amour d’anticiper

les maux qui ne sont pas, fut une erreur,

amenant aux remèdes une bonne santé,

florissante, soignée par la douleur;

j’ai appris cette leçon que je trouve bonne,

qui est malade de toi, les drogues l’empoisonnent.

 

 Je me suis créé des doubles amers                                                                                               à tous ceux qui les ont cherchés,                                                                                            sans jamais les trouver                                                                                                               à devenir malades,                                                                                                              malades des drogues que mes mots                                                                                                ont suscitées...  

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article