Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

Sonnet 122

Sonnet 122

Thy gift, thy tables, are within my brain
Full charactered with lasting memory,
Which shall above that idle rank remain,
Beyond all date, even to eternity:

Or, at the least, so long as brain and heart
Have faculty by nature to subsist;
Till each to razed oblivion yield his part
Of thee, thy record never can be missed.

That poor retention could not so much hold,
Nor need I tallies thy dear love to score;
Therefore to give them from me was I bold,
To trust those tables that receive thee more:

To keep an adjunct to remember thee
Were to import forgetfulness in me.

 

 

Ton cadeau, ce carnet, est dans ma tête

gravé dans ma mémoire, inamissible,

qui le gardera bien plus que toutes les listes,

éternel, au delà du temps sensible:

du moins tant que le cerveau et le coeur

reçoivent le droit de vivre de la nature ;

sauf, si de toi tous jetent aux oubliettes leurs

parts, tes faits et gestes à jamais perdurent.

Ce pauvre dépôt ne peut tant accueillir,

nulle intaille pour marquer ton amour précieux ;

aussi j'ose m'en séparer, parce que je me

confie à ma tête où tu es plus et mieux:

garder une note pour me souvenir de toi

dirait beaucoup d'insouciance en moi.

© Mermed 2014-2015

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article