Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs...Et toujours cette phrase de Halldor Laxness: 'leur injustice est terrible, leur justice, pire encore.' oliphernes@gmail.com

Roque Dalton

Roque Dalton né et mort (assassinat – vraisemblablement politique) au Salvador 1935 - 1975

Roque Dalton né et mort (assassinat – vraisemblablement politique) au Salvador 1935 - 1975

Laissez-moi vous dire l’histoire que m’a racontée Roque, dans ses dernières heures, alors qu’il agonisait des balles qu’il avait reçues.

Après des heures de torture, les tortionnaires lui dirent: ‘le colonel nous a ordonné de te laisser une chance, trouves celui de nous qui a un œil de verre, la torture te sera épargnée’. Il ne fallut que peu de temps à Roque pour le trouver.

‘Comment as-tu fait ? tu es le premier à trouver…’

‘c’est simple, il n’y avait qu’un œil qui me regardait sans haine.’

Bien entendu, ils continuèrent de le torturer,                                                                           

le poète qui disait les mots des sans paroles,                                                                          

de ceux qui se nourrissent des restes des autres

(avez-vous jamais vu à Puno, au bord du lac Titicaca, là où un repas est au prix d’un café en Europe - une vieille femme venir prendre dans votre assiette les restes de votre truite ?),

de ceux qui pour seuls biens ont                                                                                               

la faim,                                                                                                                                           

les maladies, 
la soif,
les persécutions, le mépris, la solitude, la mort…                                                                     

Ceux qui sont méprisés des valets de tous les maîtres – pourvu qu’ils soient riches et puissants -                                                                                                                                         

Ceux qui sont toujours soupçonnés,                                                                                   

donc coupables parce qu’ils sont d’on ne sait où, et qu’ils ne connaissent personne ici… et qu’ils osent croire que la poésie est pour tous.

 

j’ai mêlé mes mots à ceux de Roque Dalton que l’on trouve en Espagnol (Mía junto a los pájaros ; La ventana en el rostro; El mar; El turno del ofendido; Los testimonios; Poemas. Antología; Taberna y otros lugares, Premio Casa de las Américas; et en Anglais ("Small Hours of the Night", traduction: Jonathan Cohen, James Graham, Ralph Nelson, Paul Pines, Hardie St. Martin and David Unger.)   

 

© Mermed

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article