Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

Sonnet 130

My mistress' eyes are nothing like the sun;
Coral is far more red, than her lips red:
If snow be white, why then her breasts are dun;
If hairs be wires, black wires grow on her head.

I have seen roses damasked, red and white,
But no such roses see I in her cheeks;
And in some perfumes is there more delight
Than in the breath that from my mistress reeks.

I love to hear her speak, yet well I know
That music hath a far more pleasing sound:
I grant I never saw a goddess go,
My mistress, when she walks, treads on the ground:

And yet by heaven, I think my love as rare,
As any she belied with false compare.

 

Ma maîtresse? aucun soleil dans ses yeux;

le corail est plus rouge que ses lèvres rouges:

si la neige est blanche, ses seins sont terreux;

ses cheveux, des fils d’or? noirs sur sa tête.

J’ai vu des roses damascènes, rouges et blanches,

je n’en vois pas de pareilles sur ses joues;

certains parfums apportent plus de jouissance

que l’haleine de ma maîtresse – relent d’égout!

J’aime l’entendre parler, pourtant je sais

que la musique est plus à même de plaire:

je n’ai jamais vu une déesse passer,

ma maîtresse quand elle marche, laboure la terre.

Pourtant je crois mon amour aussi rare

que celle qui s’abuse quand elle se compare.

© Mermed 2014-2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article