Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

Jaroslav Seifert 1901-1986, Prix Nobel en 1984

Jaroslav Seifert 1901-1986, Prix Nobel en 1984

 

C’est un poète au pays de la poésie,

que j’aime lire et relire,

quand me reviennent de ma mémoire ces amours instantanés que j’ai vécus,

quand le regard d’une femme qui passe est une promesse d’amour,

tous ces visages, que j’ai perdus

dans les gouttes de pluie sur la fenêtre,

ces visages que l’on croise entre deux temps,

entre le temps de l’espoir

et le temps du jamais,

ces moments qui marquent aussi les périodes les plus dures,

les périodes de guerre totale,

ce pendant que nous imaginons des vers d’amour

et cela devrait nous remplir de honte

et pourtant, pas vraiment…

Jaroslav Seifert aime les filles qui passent,

il aime Prague,

il aime la poésie,

il aime la musique

et il aime l’amour des femmes .

Il invente des amours pour ceux qui ne sont pas doués,

ou qui sont las de l’amour,

parce qu’il est nécessaire d’être amoureux,

alors soyez le de la reine d’Angleterre…

Il a écrit les camps,

des vers qui ne quittent plus ma mémoire,

Et leur Dieu gronchon

regardait derrière les barbelés

et il ne bougea pas le petit doigt.

 

 

Nous serons bien, avec lui dans la parc de Bethléem à Kuks sous les statues de Mathias B. Braun,

en écoutant Mozart cet ange de la musique parmi les anges

et en buvant du Chablis de 1992,

 

 

Pluie de Novembre, La Colonne de la Peste, Un Parapluie à Piccadilly, Paradis Perdu, Divertimento Nocturne m’ont tenu la main.

 

Je ne connais pas le tchèque, j’ai traduit les extraits à partir de l’ édition anglaise de ses poèmes (Collier books)

 

©Mermed 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article