Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

Sonnet 151

Love is too young to know what conscience is,
Yet who knows not conscience* is born of love?

Then, gentle cheater*, urge not my amiss,

Lest guilty of my faults thy sweet self prove:

For, thou betraying me, I do betray
My nobler part to my gross body's treason;
My soul doth tell my body that he may
Triumph in love; flesh stays no farther reason,

But rising at thy name doth point out thee,
As his triumphant prize. Proud of this pride,
He is contented thy poor drudge to be,
To stand in thy affairs, fall by thy side.

No want of conscience hold it that I call
Her love, for whose dear love I rise and fall.

 

L'Amour est trop jeune pour connaître la conscience,

la conscience est née de l'amour, qui l'ignore?

Tendre tricheuse, ne souligne pas mes défaillances,

on te dirait coupable de mes péchés pour lors.

Car, si tu me trahis, je vais aussi trahir

ma haute noblesse, pour mon corps vulgaire et félon;

mon âme dit à mon corps qu'il peut tout conquérir

dans l'amour; la chair n'attend pas d'autre raison,

mais elle se dresse à ton nom, et te nomme

comme butin de la conquête; fier de cette fierté,

il se satisfait d'être ton pauvre homme de somme,

empressé auprès de toi, jusqu'à s'effondrer.

Ne me tenez pas pour sans conscience si je l'appelle

amour - je me dresse et retombe pour l'amour d'elle.

© Mermed 2014-2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article