Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

Mário de Sá-Carneiro, (Lisbonne, 19 mai 1890 –Paris, 26 avril 1916)  poète portugais.

Mário de Sá-Carneiro, (Lisbonne, 19 mai 1890 –Paris, 26 avril 1916) poète portugais.

5 Prison

Ces dix ans s’envolèrent comme dix mois. Les heures n’agissent plus sur ceux qui sont passé par un instant où s’est infléchi le cours de leur vie. 

les mots d’ un tout jeune homme, Mario de Sa Carneiro qui connaissait le moment de l’infléchissement d’une vie jusqu’au verre de strychnine, rue Victor Massé.

Le plus grand nombre ne connaît pas la tentation,ou demande à ne pas y être soumis; il s’en suit que la plupart ne commettent aucun acte notoirement pénalisable. Les quelques uns qui succombent mettent tout en œuvre pour échapper aux poursuites et surtout à la condamnation, cette cicatrice sociale. Parmi le petit nombre de condamnés, quasiment tous tentent d’échapper à la prison – qui seule rend la cicatrice sociale indélébile.

Seul un tout petit nombre la réclame

Des jeunes gens pour qui cette entrée est un rite initiatique nécessaire à leur épanouissement…social.

Et quelques très rares non pas happy few mais damned few la demandent, non pour être le chemin de l’expiation des délits ou crimes qu’ils ont commis, ce qui satisferait la conscience catholique romaine de la société républicaine, ni même pour expier les délits et crimes commis par leurs pères dans les générations passées, ce qui séduirait les mêmes consciences attisées par un petit peu de psycho-psychanalyse judéo-chrétienne qui a réussi depuis des années à faire croire à leurs âmes fragiles qu’elles devaient assumer ces errements passés…

Mais comme étant la clé de voûte permettant de sceller cet instant dans l’éternité de la rupture avec tout ce qui était.

Ensuite que les jours soient nombreux ou peu nombreux

Ils seront tous une ascèse

Et le temps

Et les autres

Et les rapports

Jamais plus ne seront.

 

 

 

6 Changra

1

Une étoile définitivement morte

un homme provisoirement mort

attirés l’un et l’autre vers le néant

dans lequel le temps

se dissout dans un espace infiniment clos

qui transforme les instants en éternité.

Au centre de la galaxie

un ogre, Maelström de rayons où s’entassent

en quelques minutes éternelles

des astres sans-vie retenus dans le sans-lumière.

Au fond des ténèbres

le dépeupleur - rectangle de béton où se croisent

en quelques mètres devenus des années-lumière

des hommes ramenés au sans-nom

et contraints dans le sans-temps.

Trous noirs observés par Changra

où se perdent des poussières d’astres morts

depuis longtemps

trous noirs inobservés

où se perdent les âmes des hommes égarés

depuis peu.

Trous noirs dans la galaxie

soumis à des lois physiques

imaginées par des poètes

trous noirs dans la cité

soumis à des lois sociales

fabriquées par des marchands de justice.

 

2

Créer des distances

pour limiter les confins

inventer une explosion

pour commencer le temps

découper le temps et l’espace en années-lumière

pour percevoir l’éternité

regarder un match de cricket avec G.B. Shaw

pour appréhender l’infini et l’éternité

entrer en prison

un nombre infini de places toutes occupées

le geôlier-réceptionniste à l’arrivant:

« je vais dire à l’occupant de la première de prendre la seconde, et

ainsi de suite; vous prendrez la première. »

et ainsi, la prison, chaque jour et partout

démontre que

l’infini égale l’infini plus un

et dans toutes les prisons, dans une

cellule, six mètres sur deux mètres quatre vingt

prodige quotidien de la démonstration mathématique

six détenus,

et sept,

et huit,

st neuf….

Les infinis sont sans limites.

à suivre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article