Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

Mattia Preti (1613-1699), Lucrèce se poignarde

Mattia Preti (1613-1699), Lucrèce se poignarde

In Ajax and Ulysses, O, what art Blog 
Of physiognomy might one behold!
The face of either 'cipher'd either's heart;
Their face their manners most expressly told:
In Ajax' eyes blunt rage and rigour roll'd;
But the mild glance that sly Ulysses lent
Show'd deep regard and smiling government.

 

There pleading might you see grave Nestor stand,
As't were encouraging the Greeks to fight;
Making such sober action with his hand
That it beguiled attention, charm'd the sight:
In speech, it seem'd, his beard, all silver white,
Wagg'd up and down, and from his lips did fly
Thin winding breath, which purl'd up to the sky.

 

About him were a press of gaping faces,
Which seem'd to swallow up his sound advice;
All jointly listening, but with several graces,
As if some mermaid did their ears entice;
Some high, some low, the painter was so nice:
The scalps of many, almost hid behind,
To jump up higher seem'd to mock the mind.

 

Here one man's hand lean'd on another's head,
His nose being shadow'd by his neighbour's ear;
Here one being throng'd bears back, all boll'n and red;
Another smother'd seems to pelt and swear;
And in their rage such signs of rage they bear,
As, but for loss of Nestor's golden words,
It seem'd they would debate with angry swords.

 

For much imaginary work was there;
Conceit deceitful, so compact, so kind,
That for Achilles' image stood his spear,
Grip'd in an armed hand; himself, behind,
Was left unseen, save to the eye of mind:
A hand, a foot, a face, a leg, a head,
Stood for the whole to be imagined,

 

And from the walls of strong-besieged Troy
When their brave hope, bold Hector, march'd to field,
Stood many Trojan mothers, sharing joy
To see their youthful sons bright weapons wield;
And to their hope they such odd action yield,
That through their light joy seemed to appear,
(Like bright things stain'd) a kind of heavy fear,

 

And, from the strond of Dardan, where they fought,
To Simois' reedy banks, the red blood ran,
Whose waves to imitate the battle sought
With swelling ridges; and their ranks began
To break upon the galled shore, and than
Retire again, till, meeting greater ranks,
They join, and shoot their foam at Simois' banks.

 

To this well-painted piece is Lucrece come,
To find a face where all distress is stell'd.
Many she sees where cares have carved some,
But none where all distress and dolour dwell'd,
Till she despairing Hecuba beheld,
Staring on Priam's wounds with her old eyes,
Which bleeding under Pyrrhus' proud foot lies.

 

In her the painter had anatomiz'd
Time's ruin, beauty's wrack, and grim care's reign:
Her cheeks with chops and wrinkles were disguis'd;
Of what she was no semblance did remain:
Her blue blood, chang'd to black in every vein,
Wanting the spring that those shrunk pipes had fed,
Show'd life imprison'd in a body dead.

 

On this sad shadow Lucrece spends her eyes,
And shapes her sorrow to the beldame's woes,
Who nothing wants to answer her but cries,
And bitter words to ban her cruel foes:
The painter was no god to lend her those;
And therefore Lucrece swears he did her wrong,
To give her so much grief, and not a tongue.

 

 

 

 

Ajax et Ulysse, nous les contemplâmes ! blog 200

oh! quel art du portrait ! la figure

de chacun disait le fond de son âme;

leur visage disait leur vraie nature:

dans les yeux d'Ajax brillait la rage pure;

mais le regard d’Ulysse le rusé

disait force et radieuse autorité.

 

Là, on pouvait voir le grave Nestor haranguer

les Grecs à livrer le combat de vengeance;

ses mains faisaient des gestes sobres pour capter

l'attention et charmer le regard de l‘audience:

pendant son discours, l’argent de sa barbe blanche

allait de haut en bas; de ses lèvres s'échappait

un souffle dont le murmure jusqu’au au ciel s'élevait.

 

Autour de lui se pressaient des faces en éveil,

paraissant se nourrir de ses sages suggestions;

comme si quelque sirène charmait leurs oreilles,

conjointement attentifs, chacun à sa façon;

certains grands, d'autres petits, le peintre était si bon:

les têtes de plusieurs, presque cachées à l‘arrière,

en sautant plus haut paraissaient défier les airs.

 

Ici, une main est sur la tête d’un parent,

dont l‘oreille par le nez d‘un autre est masquée;

la foule en fait reculer un, rouge et haletant;

un autre étouffé semble écumer et jurer;

dans leur rage, ils ont des airs si enragés,

que sans les paroles d’or de Nestor, les rapières

seraient prêtes à être croisées de colère.

 

Il y avait un tel travail d‘imagination;

un art de l‘illusion, si dense et si gentil,

qu’Achille, sa lance était sa représentation,

tenue par une main armée; tandis que lui

était derrière, invisible, sauf pour l‘esprit:

une main, un pied, une tête, une jambe, un visage

suffisaient pour faire deviner un personnage.

 

Près des remparts de Troie durement assiégée,

quand le brave Hector, son espoir, marche au combat,

elles se réjouissaient, les mères troyennes rassemblées,

de voir briller les armes de leurs fils là-bas;

leur espoir était teinté de tant d’aléas

que (telle une tache sur un objet) on voyait sourdre

à travers leur joie une sorte de crainte sourde.

 

Et des rivages de Dardan où ils combattaient

jusqu'aux roseaux des berges du Simoïs, le sang

coulait en flots de pourpre qui rapidement gonflaient,

imitant le combat; ils arrivaient en rangs

se brisaient sur le rivage, et puis refluant

jusqu'à ce qu’ils se mêlent à d'autres vagues plus grosses,

et déversent leur écume sur les rives du Simoïs.

 

Vers cette toile si bien faite Lucrèce s’en est allé

chercher un visage où est dite toute détresse.

Elle en voit plusieurs que les soucis ont creusés,

aucun ne porte toute la douleur de la tristesse,

avant qu’elle ne voit celui d'Hécube, sans cesse

fixant les blessures de Priam de ses vieux yeux,

en sang sous le pied du roi Pyrrhus l‘orgueilleux.

 

Le peintre avait fait d’elle une planche d’anatomie:

ses joues n’étaient plus que des bajoues très ridées,

ruine du temps, naufrage de beauté, règne des soucis,

elle n’était plus du tout celle qu'elle avait été:

son sang bleu, qui dans toutes ses veines avait noirci,

n’avait plus cette fraîcheur nourricière pour son corps

montrant une vie emprisonnée dans un corps mort.

 

Lucrèce a les yeux sur la tristesse de cette ombre,

elle accorde sa peine à celle de cette harpie,

à qui il ne manque que les cris pour lui répondre

et les mots amers pour maudire ses ennemis;

le peintre n'était pas un dieu pour qu’il les confie;

Lucrèce s'écrie qu'il ne peut pas justifier

lui donner tant de douleur sans pouvoir parler.

 

 

à suivre

 

C'était le 44° jour de confinement...

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article