Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

Jacques Stella (1596-1657)

Jacques Stella (1596-1657)

Imagine her as one in dead of night
From forth dull sleep by dreadful fancy waking,
That thinks she hath beheld some ghastly sprite,
Whose grim aspect sets every joint a shaking:
What terror 'tis! but she, in worser taking,
From sleep disturbed, heedfully doth view
The sight which makes supposed terror true.

 

Wrapp'd and confounded in a thousand fears,
Like to a new-kill'd bird she trembling lies;
She dares not look; yet, winking, there appears
Quick-shifting antics, ugly in her eyes:
Such shadows are the weak brain's forgeries:
Who, angry that the eyes fly from their lights,
In darkness daunts them with more dreadful sights.

 

His hand, that yet remains upon her breast,
(Rude ram, to batter such an ivory wall!)
May feel her heart, poor citizen, distress'd,
Wounding itself to death, rise up and fall,
Beating her bulk, that his hand shakes withal.
This moves in him more rage, and lesser pity,
To make the breach, and enter this sweet city.

 

First, like a trumpet, doth his tongue begin
To sound a parley to his heartless foe,
Who o'er the white sheet peers her whiter chin,
The reason of this rash alarm to know,
Which he by dumb demeanour seeks to show;
But she with vehement prayers urgeth still
Under what colour he commits this ill.

 

Thus he replies: 'The colour in thy face,
(That even for anger makes the lily pale,
And the red rose blush at her own disgrace)
Shall plead for me and tell my loving tale:
Under that colour am I come to scale
Thy never-conquer'd fort: the fault is thine,
For those thine eyes betray thee unto mine.

 

'Thus I forestall thee, if thou mean to chide:
Thy beauty hath ensnared thee to this night,
Where thou with patience must my will abide,
My will that marks thee for my earth's delight,
Which I to conquer sought with all my might;
But as reproof and reason beat it dead,

By thy bright beauty was it newly bred.

 

'I see what crosses my attempt will bring
I know what thorns the growing rose defends;
I think the honey guarded with a sting;
All this, beforehand, counsel comprehends:
But will is deaf, and hears no heedful friends;
Only he hath an eye to gaze on beauty,
And dotes on what he looks, 'gainst law or duty.

 

'I have debated, even in my soul,
What wrong, what shame, what sorrow I shall breed;
But nothing can Affection's course control,
Or stop the headlong fury of his speed.
I know repentant tears ensue the deed,
Reproach, disdain, and deadly enmity;
Yet strike I to embrace mine infamy.'

 

This said, he shakes aloft his Roman blade,
Which, like a falcon towering in the skies,
Coucheth the fowl below with his wings' shade,
Whose crooked beak threats if he mount he dies:
So under his insulting falchion lies
Harmless Lucretia, marking what he tells
With trembling fear, as fowl hear falcon's bells.

 

 

 

 

Battant le rappel vers la chambre sereine,

elles annoncent qu’une terrible menace est à l‘affût,

à celle qui est leur chère maîtresse et souveraine,

qu’elles épouvantent par leurs hurlements si confus;

elle entrouvre ses yeux fermés, encore confondue;

clignant pour voir ce tumulte, ils sont captivés

par la flamme de la torche et également brouillés.

 

Supposez la, quelqu’un dans la profonde nuit,

tiré par un rêve horrible d’un sommeil de mort,

qui croit avoir vu quelque monstrueux esprit,

dont l’horrible aspect fait trembler tout son corps;

quelle terreur ! mais elle, malheureuse plus encore,

arrachée à son sommeil, peut voir en effet

le tableau qui rend cette terreur supposée, vraie.

 

Enfermée dans mille terreurs la déconcertant,

elle est tremblante comme l'oiseau aux portes du trépas.

Elle n'ose regarder; devant ses yeux, cependant

qu’ils cillent apparaissent toutes sortes d’entrechats

laids: d'une âme fragile ces ombres sont les aléas;

exaspérées que les yeux fuient leur lumière,

elles les accablent de plus d’horreurs dans les ténèbres.

 

Sa main, déjà sur le sein de Lucrèce, (espèce

de bélier, foncer sur ce mur d'ivoire, goujat !)

elle sent son cœur, pauvre citoyen en détresse,

qui se blesse à mort tant il tape de haut en bas

sa poitrine en secouant Tarquin et son bras,

ce qui le met dans une rage folle, plus de pitié,

il va forcer l’entrée de cette belle cité.

 

Dans sa bouche, une trompette, ce sont des mots d’abord

de pourparler à son ennemi impitoyable,

sur les draps blancs son menton plus blanc encore,

cherche la raison de cette alarme détestable;

Tarquin cherche par des gestes à la rendre explicable;

Lucrèce redouble ses véhémentes supplications,

pour connaître les couleurs de cette perversion.

 

Tarquin répond ainsi: ‘la couleur de ta face,

(qui fait pâlir le lis de colère et rougir

la rose rouge de sa propre disgrâce)

pour moi plaidera, et mon amour viendra le dire:

c’est sous cette couleur que je suis venu gravir

ton fort, jamais conquis; ce fourvoiement est tien,

ce sont vraiment tes yeux qui t'ont livrée aux miens.

 

Je réponds par avance, si tu veux me blâmer:

ta beauté t’a prise au piège de cette nuit

où tu dois patiemment être soumise à mon gré,

pour être mon plaisir sur terre, tu fus choisie;

c’est ce que je veux avec toute mon énergie;

à peine reproches et raison l‘avaient éloigné,

qu’il renaissait dans ton éclatante beauté.

 

Je sais les malheurs que me vaudra cet outrage;

je sais les épines qui défendent la rose qui croît;

le miel est gardé par un dard, je l‘envisage;

à l’avance, en y pensant je sais tout cela:

le désir est sourd et sagesse n'écoute pas;

il ne peut qu’admirer la beauté, adorer

ce qu'il voit, malgré les lois et l’honnêteté.

 

J'ai soupesé en mon âme même les affronts,

la honte et le chagrin que je vais engendrer;

rien ne peut contenir le cours de la passion,

ni arrêter cette rage qui fonce tête baissée.

Je sais que reproches et repentir éplorés

suivront le crime, la haine mortelle et le mépris;

je vais pourtant accomplir ma propre infamie.’ 

 

Ceci dit, il brandit sa lame romaine pareille 

au faucon planant haut dans les airs; tenue

sous l'ombre de ses ailes, au sol la corneille

que, si elle veut voler, menace son bec crochu:

de même sous le glaive provocant est étendue

l'inoffensive Lucrèce qui tremble à ses mots,

comme au bruit des sonnettes du faucon, l‘oiseau.

 

à suivre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article