Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

De l'histoire du monde en général et de certains aspects en particulier

Samedi 26 Août 1944, un Samedi, nous étions au bar du Ritz , Jean et moi (nos bars habituel étaient bondés : les résistants menés par le général de Gaulle descendaient les Champs Elysées, entourés d'une foule considérable). L'hôtel et le bar avaient été libérés la veille:

'Hemingway armé d'une mitraillette et accompagné d'un groupe de la Résistance française, le 25 août 1944, après quatre longues années d'occupation allemande, précéda de quelques heures l'entrée des Alliés dans Paris et libéra le bar du Ritz, un petit bar (hôtel aussi) de la place Vendôme. Pour être plus précis, la légende dit que Hemingway libéra les caves de l'hôtel. Puis, il y prit une suite* et, dans une brume presque permanente due au cognac et au champagne, il s’apprêta à recevoir amis ou simples visiteurs venus le féliciter. Parmi ceux qui se présentèrent à l'hôtel, il y eut André Malraux, on ne peut plus arrogant. L’écrivain français entra dans le Ritz et y défila avec un peloton de soldats à ses ordres, transformé en parfait colonel chaussé de bottes luisantes de cavalier. On ne peut pas dire qu'il soit allé au Ritz pour féliciter qui que ce soit, et encore moins Hemingway, qui le repéra sur-le-champ et se souvint immédiatement que cet orgueilleux colonel avait pris ses distances, en 1937, avec la guerre civile espagnole pour écrire L’Espoir, le roman que quelques naïfs avaient hissé au rang de chef-d’œuvre. On vit aussitôt le colonel Malraux se vanter de son peloton de soldats et rire de la poignée d'hommes en guenilles qui étaient aux ordres de Hemingway, le libérateur du bar du Ritz. 'Quel dommage, dit Hemingway à Malraux, que nous n'ayons pas pu profiter de tes fantastiques forces quand nous avons pris Paris.' Et l'un des inconditionnels hommes en guenilles aux ordres de Hemingway murmura à l'oreille de son chef :'Papa, on peut fusiller ce con ?' (1)

Trêve de digressions, Frédéric, venons en au fait...

J'avais fait la connaissance de Jean, grâce à l'abbé Mugnier, qui nous avait un jour invité dans son modeste appartement, et depuis nous nous rencontrions au moins une fois par mois, soit chez sa maman, soit chez d'autres relations de l'abbé. J'étais fasciné par la conversation et les merveilleuses intuitions de celui que j'appelais désormais mon ami.

Ce jour là, il voulait, m'avait-il dit, m'entretenir d'un livre remarquable, consacré pour partie à la région où j'avais vécu si longtemps.

Moi Alors, Jean, quel est ce livre ?

Jean Il s'agit du dernier livre du très érudit et très fin savant qu'est mon ami Gédéon Grois et dont le titre est De La grotte de Challe aux grottes de Lascaux.

Moi Quel rapport y a-t-il ? S'il s'agit du Challe auquel je pense...

Jean Eh bien voilà, Gédéon et son équipe ont découvert autour de la grotte de Challe des ossements, dont certains étaient humains, et on y a trouvé des traces du gène FOXP2 (2), le gène de la parole. Cela signifie que ces Néanderthaliens, ces homo sapiens... parlaient. S'ils parlaient, ils ont conçu des projets et parmi ceux-ci, celui de répandre leur façon de vivre dans le plus de territoires possibles ; c'est ainsi que certains membres du clan sont partis vers l'Ouest ; après de longues marches ils ont trouvé des habitats qui convenaient à leur mode de vie : des grottes pour se protéger des intempéries et des attaques de bêtes sauvages, une rivière pour se fournir en eau et en poissons, des arbres pour la cueillette, des prairies ; de plus près de cette première grotte, il y en avait beaucoup d'autres ; ils ont alors envoyé des messagers prévenir le chef du clan à Challe ; à l'écoute de cette description, il a décidé d'emmener tout le clan là-bas. Ne restait plus qu'à trouver le nom de cette nouvelle implantation; ils y réfléchirent pendant des années, et survint la lumière, de la bouche d'un jeune garçon : 'on était dans une grotte à Challe, ici il y a beaucoup de grottes, on pourrait appeler cet endroit Las Caux.'

Moi Tu plaisantes Jean... Jean Non, pas du tout tu connais mon nom ? Moi oui, bien sûr, Cocteau Jean Mon nom, Cocteau, c'est le pluriel de cocktail (3)tout comme Lascaux est le pluriel de Challes. Moi Je n'y aurais pas pensé...Mais dis-moi, Jean, on ne connait rien de cette grotte... Jean En effet, la formidable intuition de Gédéon ne lui a pas permis de réunir les fonds pour entreprendre des fouilles importantes, tout ce qu'il a pu faire c'est dégager un peu une première caverne – dont il sait qu'elle n'est que la première de nombreuses autres, hélas maintenant hermétiquement obstruées - qu'il a équipée bien modestement d'une sorte d'escalier, et c'est tout pour le moment... Moi Ne reste donc qu'à espérer que des esprits éclairés (et riches...) financent de nouvelles recherches...

 

 

 

Presque tout est exact dans ces phrases en particulier,

 

(1) Extrait du livre de Enrique Vila-Matas Paris ne finit jamais ; Lui même a trouvé cette anecdote dans les mémoire du chef barman du Ritz. Hemingway racontait cette épisode tel qu'il est relaté ici. Il n'est toutefois pas avéré que tout y soit vrai, en revanche Ernest a réellement bu 51 cocktails dry Martini (qu'il n'a pas payés) et après avoir épargné Malraux, ils ont bu 12 bouteilles de Champagne.

 

(2) Les généticiens ont réussi à isoler chez Néandertal le gène FOXP2 dont on sait qu'il joue un rôle actif dans le développement des régions du cerveau liées à l'apprentissage du langage. Une erreur sur le gène FOXP2 et l'être humain est handicapé sur l'apprentissage du langage. Les scientifiques en ont donc déduit que ce gène, dans sa version humaine, était essentiel à l'apparition d'un langage articulé.
L'étude a identifié chez Néandertal la même version du gène FOXP2 que celui que l'on retrouve chez l'homme moderne. En dehors du fait que cette étude donne la parole à Néandertal... elle indique également que nos deux espèces (Néandertal et 
sapiens) ont dû se séparer de manière plus précoce qu'on ne le pensait. Les scientifiques évaluent maintenant notre séparation entre - 370 000 et - 350 000 ans (contre - 200 000 ans auparavant).

 

Annexe à la note 2 Je sais, certains esprits chagrins me feront remarquer que le gène FOXP2 a été défini et étudié à partir des années 2000, on me chicanera disant qu'en 1944 on ne connaissait pas ce gène. Mais foin de tout cela, si l'on rapporte l'histoire de notre planète à l'échelle d'une journée, la vie des êtres humains (depuis homo sapiens) n'occupe qu'un peu moins de 5 secondes...qui peut parler d'anachronisme dans un si court espace de temps ?

 

(3) ce cocktail/Cocteau était une des trouvailles grammaticales de Jean Cocteau.

 

Nous poursuivrons cette passionnante étude sur la grotte de Challe lors d'une prochaine communication.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article