Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mermed

The Tempest

Une autre Tempête... 
Chaque fois je l'attends. 
Chaque fois j'espère encore plus de cette profusion des vers
les plus rutilants, les plus justes , aussi
'You taught me language and my profit on it is that I can curse'
Tu m'as appris le langage... Mon profit ? Désormais je peux maudire.
Y eut-il jamais dezingage plus violent des civilisations 'civilisatrices' ?
Retournons au pays du rêve, 
'We are such stuff as dreams are made on'
Et apprenons cet épilogue de Prospero,
réécriture guillaumienne - donc beaucoup plus coulante dans notre bouche et notre âme -
du Notre Père -
derniers mots écrits par le futur (riche) retraité Anglais.
 
Jusqu'à ce soir, je n'avais jamais vu une Tempête sur scène qui soit à la hauteur de mes espérances –
je l'avais vue six fois auparavant tant en Angleterre qu'en France,
et ce que j'avais vu était entre formalisme et nullité totale -
et ce soir, enfin...
Une Tempète majestueusement Shakespearienne
dans le démesure, l'improvisation, le jeu des acteurs, les idées iconoclastes de la mise en scène...
J'ai enfin eu autant de plaisir à voir cette Tempête que j'en ai –
depuis des années à la lire,
d'autant plus, que je la lis de manière très différente,
cette approche est un grand souffle de nouveauté et une réappropriation fidèle – extrêmement -
de l'idée du théâtre selon Guillaume.
Bravo...Et merci.

 
La Tempête par la Compagnie Sandrine Anglade Nouvelle traduction et adaptation : Clément Camar-Mercier
Mise en scène : Sandrine Anglade
Avec : Marceau Deschamps-Segura, Damien Houssier, Alexandre Lachaux, Laurent Montel, Serge Nicolaï, Marie Oppert, Nina Petit, Sarah-Jane Sauvegrain, Benoît Segui
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article